Table-ronde « Innovation et créativité » autour du Jour du Prof de français

Participants à l’événement

A l’occasion du premier Jour international du Prof de français, l’Université des langues d’Azerbaïdjan (ULA) a organisé le 28 novembre 2019 un événement dédié aux professeurs de français d’Azerbaïdjan. En partenariat avec l’Association des professeurs de français d’Azerbaïdjan (APFAZ), l’Ambassade de France et l’Institut français d’Azerbaïdjan, la table ronde s’est déroulée autour de la thématique « Innovation et Créativité » et a rassemblé plus de 150 professeurs et étudiants.

L’enseignement de la langue française – un plein essor

Les participants ont été salués par M. Novrouz Mammadov, Vice-Recteur de l’ULA et ex-Premier ministre, M. Zacharie Gross, Ambassadeur de France, et M. Nijat Mammadli, Directeur des Relations internationales du Ministère de l’éducation nationale.

Les personnalités invitées ont souligné l’importance de l’enseignement de la langue française dans les universités azerbaïdjanaises, de la haute qualification et de compétences des professeurs de français dans les universités. Ils ont encouragé le développement davantage des relations de l’Azerbaïdjan avec la France dans les domaines économique, politique et éducationnel.

SEM Zakari Gross, Ambassadeur de France en Azerbaïdjan a profité pour souligner l’importance de l’événement et a exprimé sa satisfaction par rapport à l’enseignement du français à l’Université des Langues d’Azerbaïdjan qui est l’un des facteurs essentiels dans le développement des relations franco-azerbaïdjanaises.

Perspectives de collaboration

Au cours de l’événement, ont été abordés :

  • la coopération entre les universités des deux pays
  • les échanges étudiants-enseignants
  • les nouveaux projets en faveur de la Francophonie en Azerbaïdjan.

Mme Gulnara Sadikhova, cheffe de la chaire de lexicologie et de stylistique de français et co-responsable du CRU de l’ULA a tenu à réitéré le développement de l’enseignement du et en français en Azerbaïdjan. Une présentation du CRU de l’ULA et de ses activités dédiées au rayonnement du français s’est avérée très opportune.