Diana GRADU – “Le français représente ma carrière”

Diana Gradu

Maître de Conférences à l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, Faculté des Lettres, Département de Langues et Littérature Étrangères

Professeur de langue française depuis 1996, à l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, Faculté des Lettres, Département de Langues et Littératures Étrangères, Département de Français. En même temps, traducteur et interprète de langue française. Passionnée de langue, culture et civilisation française et francophone

Qui est Diana Gradu

Diana Gradu habite à Iasi depuis son adolescence. Elle a suivi les cours de la Faculté des Lettres de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, section Français-Latin

Son parcours académique

En 2004, Diana Gradu obtient son Doctorat ès Lettres en Langue Française en cotutelle entre l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) et l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iași, Roumanie. Sa thèse soutenue à l’Université de Paris-Sorbonne (Paris IV) a traité le thème « Récurrences des adjectifs chez Chrétien de Troyes. Démarche stylistique et étude des mentalités . Sous la coordination de Madame le Professeur Valentina AGRIGOROAIEI de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iași, Roumanie et Monsieur le Professeur Claude THOMASSET de l’Université Paris – Sorbonne (Paris IV) elle a obtenu la mention Très Honorable.

Avant son doctorat, Mme Gradu a obtenu sa licence ès Lettres, Langue et littérature française et langue et littérature latine, à l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iași, Roumanie, un Diplôme d’Études Supérieures Européennes (DESE) de Civilisations, Centre Européen Universitaire (CEU) de Nancy, France, un Diplôme d’Études Approfondies (DEA) de Littérature Française du XXe siècle, Université Alexandru Ioan Cuza de Iași, Roumanie.

« Le français représente ma carrière proprement-dite »

Parmi ses domaines d’activité didactique, on mentionne l’histoire de la langue française, la phonologie et phonologie, l’éducation interculturelle, la langue française contemporaine. On y a joute son intérêt pour la recherche, étant passionnée par le Moyen-Âge français et européen ; la langue, culture et civilisation française médiévale (le XIIe siècle) ; les mentalités et comportements médiévaux ; le corps humain dans la littérature française (du Moyen-Âge à la modernité) ; la langue française contemporaine (phonétique, phonologie, pratique linguistique) ou la traduction.

Son projet phare

Le Centre de Réussite Universitaire (CRU) implémenté en 2013 signifie une présence francophone importante dans la ville de Iasi, grâce aux invités et aux activités déroulées pendant six ans. Conférences, ateliers, formations, colloques (le CRU de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi a été co-partenaire aux colloque Journées de la Francophonie, Interculturalia, Pour une vi(ll)e propre, Nouveaux Paradigmes du bien-être, pour ne mentionner que les plus importants)…queslqeus exemples pour résumer l’activité du CRU. « Nous avons pu développer toute une vie francophone à Iasi » affirme-t-elle.

Pour la réussite des actions, les responsables des CRU, dont Mme Gradu, essaient de partager de bonnes pratiques dans le cadre du réseau des CRU et aussi d’identifier des partenaires locaux, nationaux et internationaux : Institut Français de Iasi, le Lectorat de Français de l’Université Alexandru Ioan Cuza de Iasi, La Mairie de Iasi, l’Inspectorat Scolaire Départemental, ARDUF (Association Roumaine des Départements Universitaires Francophones), les universités partenaires du programme Erasmus, Erasmus + et des institutions académique avec les quelles on a des accords bilatéraux, etc.

Vers une francophonie solidaire

« La francophonie solidaire se développe chaque jour par l’acte d’enseigner le français, par les traductions des auteurs français et francophones qu’on publie dans les maisons d’édition, par les conférences et les ateliers organisés avec la participation des enseignants venus de France et des pays francophones, par les spectacles et les manifestations artistiques déroulés en français, par l’échange continuel qu’on fait à chaque stage partagé, en Roumanie ou ailleurs, par les conseils donnés à nos étudiants, par les projets de licence et de master qu’on dirige ou encore par les inspections dans les lycées et les écoles de la région où on encourage les élèves à apprendre le français et les professeurs à l’enseigner correctement et avec enthousiasme » mentionne Mme Gradu.