Une personnalité scientifique française célébrée à Iasi : Léon Foucault

Science, art et créativité autour de la même table au Centre de Réussite Universitaire (CRU) de l’Université Technique « Gheorghe Asachi » de Iasi.

Le CRU de l’Université Technique « Gheorghe Asachi » de Iasi, Roumanie, a réuni le 29 octobre 2019, à l’occasion du symposium « Le Pendule de Foucault. 200 ans depuis la naissance d’un génie », des représentants d’institutions partenaires pour parler de Léon Foucault, de son Pendule, ainsi que de la conjonction entre sciences et arts, sous le signe unificateur de la créativité.

Se proposant de fédérer et de faciliter l’échange d’expérience entre les enseignants-chercheurs préoccupés par la construction du célèbre Pendule, mais dans la même mesure par les ressorts créatifs qui règlent en même temps science et art, le projet initié et coordonné par les responsable CRU de TUIASI, Doina Mihaela Popa (MCF) et Evagrina Dirtu (CC) a démarré ce printemps et s’étendra jusqu’à juin 2020.

Un projet esthétique et poétique

Parmi les participants au symposium et partenaires du projet, le représentant de l’Université Le Havre Normandie (Jérôme Brossard, professeur émérite) a parlé du Pendule construit et installé dans l’atrium de la bibliothèque universitaire du Havre par visioconférence. Il a souligné aussi l’attention particulière qui avait été prêtée, dès le début, à la dimension esthétique et même poétique du projet.

Lidia Bivol de l’Université Technique Moldova a présenté le Pendule de Foucault de Chișinău, un projet spécial conçu et construit par une équipe coordonnée par l’académicien Ion Bostan, tandis que professeur Vasile Ciuchină a mis en valeur la façon dont le projet qu’il a coordonné à Galați réunit justement science et art, par l’intermédiaire des motifs brancusiens présents dans le cadre en bois du pendule placé dans le hall du lycée « Vasile Alecsandri ».

Cătălin Daniel Gălățanu, professeur des universités de l’Université Technique de Iași, a insisté à son tour sur « les spécificités de cette démarche difficile de construction et de mise en marche d’un Pendule Foucault », présent à Iași dans l’atrium de la Faculté de Génie Civil et des Installations Industrielles.

Les travaux du symposium ont eu aussi un axe complémentaire, dédié au concept de créativité en tant que mécanisme clé de la conscience humaine, où elle trouve ses domaines de manifestation – les sciences techniques, les arts, la littérature.

La découverte scientifique et l’œuvre d’art puisent leurs origines dans les mêmes ressorts créatifs ; science, art et poésie s’expliquent tous par la même curiosité envers l’homme et l’univers, de sorte qu’il est impossible qu’il n’y ait des points de rencontre. C’est ce qu’ont détaillé Neculai Eugen Seghedin, professeur et vice-recteur de l’Université Technique « Gheorghe Asachi » de Iași, Florin Grigoraș, professeur et vice-recteur de l’Université des Arts « George Enescu » de Iași, Cristian Ungureanu, MCF HDR de l’Université des Arts de Iași et Dana Nica de la Faculté des Lettres de l’Université « Alexandru Ioan Cuza » de Iași et responsable du CRU de la même université.

Devant le public formé également d’étudiants et d’enseignants-chercheurs, une équipe de quatre étudiants de TUIASI ont aussi présenté leur recherche sur Léon Foucault, dont la mémoire a harmonisé et dynamisé en même temps ce symposium anniversaire, qui n’a manqué que d’un peu plus de temps pour continuer les débats. Car, pourtant, la terre tourne…


Le symposium, organisé avec le soutien de l’Agence universitaire de la Francophonie en Europe centrale et orientale (AUF en ECO), s’est déroulé dans le cadre du projet synergique « SCIPO_UNIV : SCIence et POésie dans l’UNIVers(ité) » piloté par le CRU de TUIASI, suite à l’appel à projets synergiques lancé par AUF-ECO à la fin de 2018.