Journal de quarantaine version étudiant – Numéro 3, Il faut voir ça de façon positive !

Je suis Lavric Alina, étudiante en quatrième année à la Faculté de Droit de l’Université d’État de Moldova et je vais vous faire part de mon opinion sur la quarantaine.

Face à la pandémie de coronavirus, aussi appelé Covid-19, la République de Moldova a pris les armes et a mis en place certaines restrictions. Nous sommes en guerre et c’est un problème mondial. Il faut que le monde se pose la question de « qu’est-ce qu’on peut faire ensemble » ?

La quarantaine n’est pas efficace en soi. Elle a beaucoup trop de défauts. Il est impossible d’enfermer tout le monde dans un périmètre clos.

Alors en ce moment, quelles activités rythment tes journées ? Tu es condamné(e) à rester chez toi pour une durée indéterminée ? Tu es coincé(e) chez toi et tu ne sais pas comment occuper tes journées ? Mais plutôt que de râler, il faut voir ça de façon positive ! C’est le moment d’en profiter pour faire un tas d’activités différentes chaque jour !

Cuisiner, lire, faire du sport, avancer sur ton projet d’avenir, faire des activités créatives, appeler tes proches….

C’est très difficile à ce moment-là de conserver tout le monde à l’intérieur de la quarantaine. Le mouvement « Ça va bien aller », avec son arc-en-ciel évoquant de meilleurs jours à venir, donne à plusieurs le courage de continuer. Il mise sur le fait que la situation est temporaire, et il est vrai que les crises finissent toutes par passer.

Avec la situation actuelle, mon horaire est complètement différent. Au début, j’ai ressenti beaucoup de tristesse. Durant les premiers jours, j’ai consacré mon temps à mes recherches, en travaillant sur la thèse de licence.

En ce qui concerne les études en Moldova, le but principal des universités est de maintenir le rythme de l’année académique et d’étudier la meilleure manière de les organiser. La continuité de nos enseignements a pu être assurée rapidement dans le cadre de cette crise sanitaire et nous pouvons être fiers de ce qui a été réalisé par la Faculté de Droit de l’Université d’État de Moldova.

Pendant ma quarantaine, je suis aussi tentée de balayer mes émotions sous le tapis pour ne pas y faire face. Lire. Sourire. Étudier. Rêver. Cuisiner. Peindre. Mes journées se résument ici. Cela me permet de changer mes idées.

Je vous suggère de faire comme moi. C’est un bon jour pour sourire !

Pour conclure mon opinion sur cette situation, je vous invite à rester chez vous pour votre bien et pour le bien des autres. Essayez de continuer à garder un rythme énergique. Vos examens de fin d’année académique vous remercieront !

Bonne santé !